Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Centre de Méditation Naropa de Tahiti en Polynésie Française

Centre de méditation Bouddhiste Affilié à la FPMT - Situé à PAPEETE - Immeuble Rouleau - 2ème étage- Quartier du Commerce ADRESSE : BP 4369 - 98713 Papeete TAHITI Visitors welcome - English spoken

Article du Samedi 08 Septembre 2007

Publié le 10 Septembre 2007 par Centre Naropa affilié à la FPMT in Programme des pratiques

L’ETROITESSE D’ESPRIT : AFFRONTER LES DIFFERENCES

 

            L’étroitesse d’esprit est une attitude qui consiste à refuser de regarder une nouvelle idée ou un nouvel événement. Elle nous rend mesquins, pleins de préjugés et toujours sur la défensive. Cette attitude se manifeste, par exemple, lorsque des sujets controversés sont évoqués lors d’un repas. Nous faisons l’autruche, en mettant la tête dans le sable pour ne pas avoir à regarder les nouvelles idées qui pourraient venir troubler nos conceptions bien arrêtées.

            Une telle attitude cause de nombreux problèmes. D’un point de vue historique, il est clair que l’étroitesse d’esprit a nui au développement humain. C’est à cause de l’étroitesse d’esprit que l’on s’est opposé aux recherches scientifiques au Moyen-Âge, et à cause de la peur liée à l’étroitesse d’esprit que l’on a ignoré le massacre de millions d’innocents sous le régime nazi. L’étroitesse d’esprit empêche de remettre en cause tous les préjugés fondés sur la race, la religion ou le sexe.

            A la base de cet aveuglement se trouve l’idée préconçue que nous avons tout compris et que nous ne voulons pas nous poser de questions, comme si le château de sable que représente notre vision du monde allait être ébranlé par une nouvelle idée. Nous préférons restés obstinés et ne pas écouter, ou tout oublier en allant regarder la télévision, jouer de l’argent ou nous soûler. Il est clair qu’une telle attitude ne nous laisse pas beaucoup de marge.

            C’est pourquoi nous sommes prêts à adopter une approche plus intelligente face à de nouvelles idées ou de nouvelles situations. Nous allons écouter les nouvelles idées et les étudier avec logique, intelligence et impartialité. Notre intention étant d’améliorer notre compréhension du monde, de contribuer à la paix mondiale et au développement humain, nous écouterons les nouvelles idées et les nouvelles propositions. Nous pourrons ensuite les accepter ou non, ce qui nous aura permis dans tous les cas d’apprendre quelque chose en examinant la situation intelligemment.

            Faire preuve d’ouverture d’esprit ne veut pas dire accepter toutes les idées que nous rencontrons. C’est particulièrement vrai dans le « supermarché spirituel » qui existe en Occident. Cela ne signifie pas non plus que notre quête de modernité doit nous faire rejeter notre riche héritage culturel pour suivre aveuglément une nouvelle idée ou une nouvelle direction.

            Un esprit ouvert favorise la tolérance. Si, après avoir examiné une idée en la passant au crible du raisonnement, vous décidez de ne pas y adhérer, vous pouvez rester calme et amical avec la personne qui y croit. Le fait d’être en désaccord avec une idée ne veut pas dire que l’on déteste ceux qui l’acceptent. L’idée et la personne sont différentes. En outre, nos idées changent. Nous pouvons apprécier ce que les autres disent, que ce soit censé ou non, car cela nous oblige à réfléchir et par conséquent à exercer notre sagesse.

            Une telle approche est bénéfique dans de nombreuses circonstances. Nous pouvons par exemple inviter nos collègues, notre patron ou nos subordonnés à nous donner leur avis sur un projet et à nous suggérer des améliorations possibles. Une telle ouverture d’esprit détend l’atmosphère de travail et nous permet par la suite d’évaluer correctement les idées des autres et de travailler avec eux en favorisant notre intérêt mutuel. Le patron aura toujours de l’autorité, mais il ne sera plus autoritaire.

            Nous n’avons pas à défendre nos idées ou nos croyances. Il n’y a rien dans une idée qui nous la rende inhérente. Le fait que l’on critique nos idées ne veut pas dire que nous sommes stupides. En outre, il n’est pas nécessaire d’avoir peur de perdre la face si nous sommes amenés à reconsidérer les choses ou à changer d’avis. La peur d’avoir l’air bête si nos idées sont contredites vient de ce que nous tenons plus à garder une bonne réputation qu’à connaître la vérité. L’ouverture d’esprit nous permettra de voir dans chaque idée et dans chaque situation une occasion d’apprendre et de partager.

 

(Extrait du livre « Cœur ouvert, esprit clair »  de Thubten Chödron)

 

Programme du Centre : (Séjour du moine Charles TREBAOL du 05 Septembre au 09 Octobre 2007)

 

- Samedi 8 Septembre de 15h à 18h00 et Dimanche 9 Septembre de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00 : Pratique de Vajrassatva

- Samedi 15 à Mercredi 19 Septembre : Retraite de Nyung Naë

Commenter cet article